Zone du Grand Lagon Nord

Carte de la Zone Côtière Nord et Est

Unesco_GLNord_web.jpg
Le Grand Lagon Nord est significativement différent des lagons Sud et Sud-Ouest du fait de sa latitude plus élevée (3 à 4 degrés plus au nord), de sa profondeur plus importante et de l’absence presque totale d’îlots coralliens. Eloigné de plus de 400 km de la ville de Nouméa, il est le plus mal connu des lagons. L’ensemble est délimité par deux grands récifs barrière qui prolongent ceux qui entourent la Grande Terre :
 

  • Le récif de Cook dans l’alignement de la côte Est,
  • Le récif des Français dans l’alignement de la côte Ouest.

 
Typologie récifale et habitat :


Napoléon

Le Grand Lagon Nord est nettement plus homogène que le Grand Lagon Sud. Cet immense lagon, d’environ 50 km de large et 170 km de long, de forme pratiquement rectangulaire, représente, avec une surface estimée à 8 400 km2, plus du tiers de la superficie des lagons de Nouvelle-Calédonie. La partie Nord de ce lagon reste ouverte sur environ 20 milles et débouche sur le Grand Passage qui sépare le lagon Nord proprement dit des récifs d’Entrecasteaux. Dans sa terminaison Nord-Est, le récif de Cook se recourbe sur lui-même, formant une sorte « d’atoll » allongé Nord-Ouest/Sud-Est.
Les sites les plus remarquables sont :

  • Le récif des Français qui se caractérise, à certains endroits, par une double barrière dessinant une zone abritée en arrière du récif barrière,
  • Le récif de Cook, qui présente la particularité unique pour la Grande Terre d’être exposé à l’alizé côté lagon,
  • les îles Belep et dépendances entourées de récifs frangeants et de grands herbiers (surtout à l’Ouest), sont des fragments de la chaîne de montagne qui traversent toute la Nouvelle-Calédonie,
  • Le récif de l’Arche d’Alliance qui forme un oasis dans cette plaine lagonaire.

Il faut signaler la présence au nord d’une zone de récifs imbriqués et de 23 passes pour le récif de Cook alors que le récif des Français n’en comporte que 6.
 
Biodiversité :


Banc de Lutjanus kasmira

Les zones les plus remarquables pour les poissons sont les passes, la partie Sud du récif des Français, le récif isolé de l’Arche d’Alliance ainsi que le récif de Cook. Des densités exceptionnelles de poissons se rencontrent par endroit, comme par exemple au niveau de la passe à l’Ouest des Belep ou de la pointe Nord-Ouest du Grand Passage. Le récif de l’Arche d’Alliance comporte, lui aussi, de très fortes densités de certaines espèces lagonaires (Lutjanidae et Lethrinidae surtout).
 
 
 
Espèces emblématiques :


Baleine à bosse

Le récif des Français est encore très riche en perroquets à bosse (Bolbometopon muricatum) et comporte des densités non négligeables de napoléons, de requins, de gros Serranidae et Haemulidae.
Une présence relativement abondante de la « mère loche » Epinephelus malabaricus a aussi été observée. Le Grand Lagon Nord accueille également des baleines à bosse. Des solitaires, des couples, des femelles suitées et des groupes de plusieurs individus fréquentent ce lagon. Il est probable que les lagons Est et Ouest servent de zones de transits (couloirs de migration) pour les individus matures entre la zone de reproduction du Grand Lagon Sud et d’autres zones de reproduction qui pourraient être situées dans le Grand Lagon Nord, aux îles Loyauté ou bien au Vanuatu mais qui restent encore à découvrir.

L'actualité du projet  |  Partenaires  |  Nous contacter                             Réalisation SCSI | SkaZy